Glaucome

Le glaucome est une maladie du nerf optique qui cause des altérations progressives des fibres du nerf optique. Le plus souvent, le glaucome est associé à une élévation de la pression de l’œil. Malgré les avancées des traitements, le glaucome reste l’une des principales causes de cécité dans notre pays et à travers le monde.

Quelles sont les causes du glaucome ?

L’œil synthétise en permanence un liquide (l’humeur aqueuse), drainé vers l’extérieur par une structure appelée trabéculum. Dans le glaucome, le trabéculum malade ne draine pas bien l’humeur aqueuse, causant ainsi une augmentation de la pression de l’œil. Au cours du temps, l’élévation chronique de la pression cause des dommages sur les fibres optiques et entraîne progressivement une perte de vision. Toutefois, certains glaucomes peuvent être liés à d’autres facteurs, comme la vascularisation du nerf optique, où encore des causes génétiques. C’est pourquoi il existe des glaucomes sans élévation de la pression (glaucome à pression normale) et des augmentations de pression (hypertonie oculaire) sans glaucome.

Quels sont les symptômes du glaucome ?

Malheureusement, la grande majorité des patients ne perçoivent pas le glaucome. D’une part, parce que l’augmentation de pression n’est pas douloureuse quand elle est progressive, et d’autre part, parce que les problèmes visuels causés par le glaucome touchent initialement le champ visuel périphérique, auquel nous ne sommes pas très sensibles. C’est pourquoi le dépistage du glaucome est si important.

Quels sont les facteurs de risque ?

  • L’âge (le risque augmente chez les patients plus âgés)
  • Les patients ayant des origines africaines
  • Les antécédents familiaux de glaucome
  • Les traumatismes de l’œil
  • L’utilisation de cortisone (surtout en collyre)

Comment diagnostiquer un glaucome ?

Tous les patients qui consultent en ophtalmologie sont dépistés avec les tests d’acuité visuelle, la mesure de la pression de l’œil et l’examen du nerf optique lors du fond d’œil. Toutefois, une évaluation plus complète est nécessaire pour les patients chez qui un glaucome est suspecté, et comprend :

  • Tonométrie à l’aplanation : mesure de la pression à l’aide d’un dispositif qui touche la cornée (après anesthésie)
  • Pachymétrie: mesure de l’épaisseur de la cornée (le plus souvent au moment de la mesure des lunettes) qui permet de savoir si les mesures de pression sont fiables.
  • Gonioscopie: c’est l’examen du système de drainage (trabéculum et angle irido-cornéen) à l’aide d’une lentille posée sur l’œil (après anesthésie)
  • Examen du nerf optique : examen direct du nerf optique avec une lentille lors du fond d’œil.
  • Analyse de la structure du nerf optique avec un OCT
  • Test du champ visuel (lors de la consultation ou en externe)
^^

Les traitements médicaux et laser

Gouttes pour faire baisser la pression des yeux (collyres) :

De manière générale, votre ophtalmologiste commencera par vous traiter avec des gouttes à mettre tous les jours. Il en existe différentes sortes qui visent toutes à faire baisser la pression de l’œil. Si votre ophtalmologiste vous prescrit plusieurs sortes de gouttes, il faudra s’assurer de bien attendre quelques minutes entre chaque goutte. Votre ophtalmologiste vous expliquera comment mettre au mieux vos gouttes.

Comprimés :

Dans certains cas, si les gouttes ne sont pas efficaces ou mal supportées, votre ophtalmologiste peut vous prescrire des comprimés également à réduire a pression de l’œil.

L’iridotomie périphérique au laser Yag :

Chez certains patients, l’élévation de la pression intra-oculaire peut être liée à un angle étroit entre l’iris et la cornée, qui empêche l’évacuation de l’humeur aqueuse par le trabéculum. Dans ce cas, la réalisation d’une UBM peut permettre de mieux comprendre le problème, voir de poser l’indication d’une iridotomie périphérique. Ce geste peu douloureux et peu invasif consiste à réaliser un tout petit trou dans l’iris pour faciliter la circulation de l’humeur aqueuse. Ce laser, réalisé en ambulatoire, ne prend que quelques minutes.

Trabéculoplastie sélective au laser (laser SLT) :

Il s’agit d’un laser relativement récent dont le service d’Ophtalmologie de Bicêtre est équipé. Il est utile pour faire baisser la pression oculaire chez les patients dont l’angle entre l’iris et la cornée est ouvert. Ce laser, réalisé en consultation en ambulatoire, est quasiment indolore.

Lasers diode et diode micro-pulsé :

Les lasers diode et diode micropulsés sont réalisés au bloc opératoire. Ces interventions, réalisées sous anesthésie consistent à détruire les corps ciliaires (qui synthétisent l’humeur aqueuse) à l’aide d’un laser par voie externe. Le laser est appliqué sur l’œil sans incision. L’intervention dure une quinze à 30 minutes. Ces lasers comportent des risques spécifiques et qui dépendent de chaque patient. Ils vous seront bien sûr expliqués avant la chirurgie.

^^

La chirurgie du glaucome

Quelles sont les indications de la chirurgie ?

La chirurgie du glaucome est nécessaire si la maladie évolue (le champ visuel se dégrade, le nerf optique s’abîme) malgré les traitements médicaux (collyres et laser). Parfois, on décide de recourir à la chirurgie car les médicaments sont mal supportés par le patient.

Quel est le but de la chirurgie du glaucome ?

Le but est d’abaisser la pression oculaire suffisamment pour que la maladie n’évolue plus. Malheureusement, la chirurgie du glaucome ne guérit pas la maladie, elle permet uniquement de la stabiliser le plus longtemps possible. Les altérations du champ visuel ne s’amélioreront pas après la chirurgie, la vision ne s’améliorera pas non plus…Le but est de stabiliser la maladie.

Quelles sont les techniques chirurgicales ?

Les techniques chirurgicales classiques (trabéculectomie et sclérectomie profonde) consistent à évacuer l’humeur aqueuse (liquide contenu dans la partie avant de l’œil) à l’extérieur de l’œil, dans une sorte de bulle qui se situe dans la partie supérieure du globe oculaire (sous la paupière).

De nouvelles techniques permettent de simplifier le geste opératoire et de diminuer le taux de complication : il s’agit des chirurgies mini-invasives du glaucome (MIGS), qui sont pratiquées dans le service d’Ophtalmologie de Bicêtre.
Certaines chirurgies du glaucome peuvent être combinées à la chirurgie de la cataracte.

Comment se déroulent les interventions chirurgicales ?

La chirurgie du glaucome est le plus souvent réalisée sous anesthésie locale, en chirurgie ambulatoire (on ne dort pas à l’hôpital). Les chirurgies conventionnelles (trabéculectomie et sclérectomie profonde) durent environ 1 heure. Les chirurgies mini-invasives sont généralement plus rapides. Avant l’opération votre chirurgien vous demandera de suivre un traitement spécifique pour préparer l’œil. A la fin de la chirurgie, on place une coque transparente devant l’œil pour le protéger.

Y-a-t-il un traitement après l’opération ?

Un traitement antibiotique et anti-inflammatoire est prescrit pour plusieurs semaines. Les collyres habituels contre la tension oculaire devront être arrêtés dans l’œil opéré. Vous devrez revenir en consultation pour un examen de contrôle le lendemain, puis environ une fois par semaine pendant le premier mois.

Quelles sont les complications possibles ?

Malheureusement, les complications sont possibles après la chirurgie du glaucome. Une feuille d’information complète vous sera remise lors de la programmation de l’intervention.
Dans tous les cas, les suites opératoires peuvent être marquées par une vision floue, et par une sensation de grains de sables dans l’œil liée au points de suture. La tension peut remonter dans les semaines et mois suivant la chirurgie la chirurgie, en raison de la cicatrisation des tissus. On peut y remédier en réalisant des injections de produit anti-cicatrisant et/ou du laser. Il est parfois nécessaire de ré-intervenir. La tension oculaire peut également être trop basse, ce qui peut nécessiter également une ré-intervention. Si la tension remonte progressivement longtemps après la chirurgie, Il est alors possible de reprendre les gouttes contre la tension oculaire, ou de refaire une autre chirurgie.

^^

La prise en charge du glaucome dans le Service d'Ophtalmologie de Bicêtre

La prise en charge du glaucome est l’une des spécialités du service d’ophtalmologie de Bicêtre. Le service est équipé de tous les appareils d’imagerie nécessaires au diagnostic (champ visuel, OCT, OCT angio) ainsi que de tous les lasers disponibles (laser Yag, laser SLT, lasers diode et diode micro-pulsé).

Les techniques chirurgicales les plus courantes ainsi que certaines techniques de chirurgies mini-invasives du glaucome sont pratiquées par des praticiens spécialisés.

L’hôpital de jour « glaucome » du Service d’ophtalmologie de Bicêtre permettra de réaliser sur une journée l’ensemble des examens nécessaires au diagnostic et à la prise de décision thérapeutique du glaucome.

Aller au contenu principal